free templates joomla

Sept pompiers ont rejoint le nouveau centre d’Eveux

Dans le quartier des roches, c’est avec une certaine tristesse, qu’une page s’est tournée pour le corps des sapeurs-pompiers de Sourcieux, avec la fermeture de la caserne. 

photo-1543614538

Depuis ce jeudi 29 novembre, les interventions ne sont plus assurées par le centre de Sourcieux mais par la nouvelle caserne d’Eveux située à la place de l’ancien dépôt de sel. 

Le centre de Sourcieux avait été créé en 1945 et a vu passer quatre chefs de corps : Antoine TIXIER (1945 à 1967), Antoine Carret (1967 à 1976), Maurice Mazallon (de 1976 à 1985) et Bernard Fédérowicz (de 1985 à septembre 2018, date à laquelle il a pris sa retraite). Avant 1981, les pompiers ne disposaient que d’un local, à la place de l’épicerie du bourg où ils entreposaient quelques tuyaux, lances à incendie et motopompe. En 1978, les pompiers ont acquis leur premier camion, un Peugeot DB4, un ancien camion de maraicher équipé par Pierre Petit, le carrossier des landes qu’ils garaient dans le hangar de Maurice Mazallon. Leur second camion, fut celui d’un poissonnier. A l’époque, les pompiers sourcieurois n’assuraient pas le transport à l’hôpital, c’est le centre de l’Arbresle qui s’en chargeait et leur camion, n’était utilisé que pour mettre les victimes à l’abri. Leur première vraie ambulance, fut achetée en 1990 aux pompiers de l’Arbresle. Le premier camion pour éteindre les feux, un Renault SG2 fut acquis en 1985. 

C’est en 1981, que les pompiers ont intégré la caserne des roches, qui vient de fermer. Un local qui a été dans les années 60, le hangar de Clé d’Or et qui servait à entreposer les fruits et les légumes destinés à la vente. Plus tard, le lieu a été utilisé par les associations qui y organisaient des bals, avant de se transformer en dancing, puis de devenir la boite de nuit « le Scorpion » qui a pris feu en 1977. C’est après sa réfection, que les pompiers l’ont utilisé comme caserne et c’est ainsi que le scorpion est devenu l’emblème du blason qui orne leur tenue. 

133 pompiers sont passés au corps de Sourcieux entre 1945 et 2018 et sur les huit pompiers encore présents au centre de Sourcieux, la veille de sa fermeture, sept ont rejoint la nouvelle caserne d’Eveux. Du fait d’une activité agricole importante, pendant de nombreuses années, les interventions des pompiers concernaient surtout des feux. En 1980, le corps ne comptait qu’une douzaine de pompiers qui assuraient une dizaine d’interventions par an. Au fur et à mesure des années, le nombre d’interventions a grimpé jusqu’à atteindre 250 en 2014. 

Au 28 novembre 2018, à la fermeture du centre, les pompiers sourcieurois totalisaient 209 interventions.

 

Cathy SOL

 

Informations supplémentaires